Zermati

Zermatons ensemble!
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Manger pour vivre, pas l'inverse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katylys
New zouzou
New zouzou


Nombre de messages : 14
Age : 46
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Manger pour vivre, pas l'inverse   Dim 17 Mar 2013 - 16:30

Bonjour,
J'ai eu des problèmes de comportements alimentaires dès l'âge de 16 ans et j'ai eu l'instinct de rechercher les causes pour me comprendre afin de savoir comment éradiquer ces problèmes. Quand j'y suis arrivée, mon poids est revenu à la normale, petit à petit, sans souffrance ni régime. J'ai découvert Zermati avec le net car à chaque période difficile de ma vie, ces problèmes sont revenus me hanter, je me suis alors rendu compte à quel point ce que préconisais ce docteur était proche de mes pensées et de mon expérience.
J'ai voulu en savoir plus et j'ai trouvé ce forum qui m'a paru très intéressant.
Je tenai aussi à apporter un témoignage positif car j'ai vraiment eu de longues périodes de répit où j'ai réussi à sortir des TCA. J'ai un peu tout traversé, boulimie, hyperphagie, anorexie, restrictions extrêmes etc.
Aujourd'hui je vais plutôt bien et j'aimerai retrouver mon poids de forme en perdant quelques kilogs de trop mais en veillant à surtout ne pas rebasculer dans un problème de TCA, parfois bien plus dévastateur pychologiquement qu'un problème de poids. Bien plus grave qu'une histoire de bikini...
J'espère améliorer ma compréhension en vous lisant et vous apporter du soutien.
Si vous êtes dans ces problèmes, la 1ère chose à réaliser est que vous suggérer de faire un régime est aussi cohérent que d'offrir un boîte de chocolat à un diabétique.
Le travail que j'ai accompli et qui a été le plus libérateur pour moi a été de me débarrasser de la culpabilité. Le surpoids n'est souvent qu'un arbre qui cache la forêt.
Je vous souhaite à toutes une bonne route vers la sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
anbna
New zouzou
New zouzou


Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 32
Localisation : Argenteuil
Emploi/loisirs : Assistante sociale
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Dim 17 Mar 2013 - 19:27

Bienvenue à toi,

je suis tout à fait d'accord avec toi, traiter les problèmes de poids (que ce soit trop ou pas assez) sans essayer de comprendre ce qui se cache derrière c'est comme mettre un pansement sur une jambe gangrenée.

A très vite sur ces pages
Revenir en haut Aller en bas
Mesecina84
zouzouteuse
zouzouteuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Age : 32
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Employée + étudiante le soir!
Humeur : se réconcilie avec la nourriture...
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: je plussoie   Dim 17 Mar 2013 - 20:00

Hello!

Les TCA, je connais (j'ai vu que tu m'avais laissé un mot sur ma présentation, merci bcp!!), ca oui!
Et l'incompréhension aussi... 'une petite pimbêche qui veut ressembler à un mannequin' (mais oui, bien sûr...)

Depuis deux semaines de Zermatage, une aide psy depuis deux mois, je 'revis' alimentairement parlant... quel bonheur... et aucune prise de poids pour ma part, malgré que le poids est faible.
Quand bien même prise de poids, je m'en fiche... je sors de 12 ans de TCA donc... vive la vie, vive les assiettes et le respect du corps!

Bon courage pour ton zermatage, au plaisir de te lire, échanger... surtout que j'ai cru comprendre que tes TCA avaient durés plusieurs dizaines d'années?
Revenir en haut Aller en bas
Lariss
New zouzou
New zouzou


Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 31
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Dim 17 Mar 2013 - 22:19

Bienvenue Katylys,

merci de nous faire partager ton vécu! Je peux t embeter avec une petite question? si tu veux bien y répondre, quelles ont été tes clés pour t en sortir, est ce que tu y es arrivée seule ou avec l aide d un psychologue ou autre?
Merci et à bientôt!
Revenir en haut Aller en bas
Katylys
New zouzou
New zouzou


Nombre de messages : 14
Age : 46
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Lun 18 Mar 2013 - 21:29

Mesecina, je comprends bien la pression que tu dois subir de l'entourage. Les personnes qui ne connaissent rien aux TCA (les bienheureux) ne peuvent imaginer que l'on peut être mince tout en ayant une grande souffrance face à la nourriture. Vous vous rappelez la Princesse Diana, toujours élégante et sublime, cela ne l'empêchait pas d'être victime de boulimies...
Moi je traîne ça depuis trèès longtemps en effet, les TCA correspondent à des périodes bien précises, par exemple lorsque je me suis mise en couple, mon ex ne supportait pas les grosses alors je me suis affamée pour maigrir et j'ai rebasculé dans l'anorexie. (la 1ère fois était à 16 ans, là j'en avais 24). Puis à 28 ans, 1ère grossesse et là, 9 mois de boulimies (mais avec un sentiment de bonheur absolu tout de même, comme une impunité temporaire). Par contre quand j'ai vu mon corps au retour de la maternité, le choc et là, toujours incapable d'être dans un juste milieu, je suis repartie dans les privations extrêmes, les repas sautés...j'ai perdu 18 kgs, j'étais enfin maman, je me sentais bien et j'ai eu une période de répit, ou la nourriture n'était plus un cauchemar quotidien, plus aucun TCA pendant 3 ans, pas de variation de poids. Puis seconde grossesse et là, terreur de regrossir comme à la 1ère, je me suis sous-alimentée jusqu'à faire un malaise. Résultat prise en charge par une nutritionniste, la 1ère fois que j'en voyais une. Elle m'a imposée des restrictions sévères (je faisais un diabète gestationnel). Après la naissance, je me suis retrouvée seule avec deux enfants en bas-âge, je n'arrivai plus à perdre, hyperphagie... retour case départ. Puis la maladie est revenue...bref les TCA on rythmés ma vie au fil des coups durs. Je me suis relevée seule de tout, j'ai une période de stabilité aujourd'hui, je n'ai jamais déprimée, j'ai eu des découragements mais je n'ai jamais cessé d'y croire. Voilà mon expérience, j'espère que cela peut vous aider à y voir plus clair pour vous. A savoir que parfois on traverse des épreuves telles que le chocolat devient votre meilleur ami...le seul sur lequel vous pouvez compter !

Lariss, j'aimerai bien te donner des clés, mais il n'y en a pas, la solution est en toi, toi seule détient ta solution, elle se trouve au fond de toi et dépend de ton vécu, ton expérience...nous sommes tous uniques, donc ta solution est unique ! moi je savais d'où venait mes TCA mais j'ai découvert d'autres raisons plus profondes grâce à un travail psychiatrique. A 14 ans j'ai appris que j'étais atteinte d'une maladie incurable et que je serai sous traitements à vie, alors un suivi psy a été plus que nécessaire. Mais ado je ne voulai pas y aller, ce n'est qu'à 24 ans, parce que je voulai des enfants, que je me suis décidé à aller consulter. Je ne voulai pas entamer une grossesse avec autant de problèmes émotionnels, de peur de léguer ça à mes enfants. Cela m'a bien aidé pour démêler, au passage, quelques noeuds qui m'amenaient aux TCA, mais à la base je n'ai pas consulté pour cette raison. Donc je te conseille si tu ressens le besoin de parler, de voir un psychiatre. Un psychiatre est un docteur, il te sera donc possible d'avoir un traitement si besoin et de plus cela sera remboursé. Mais il faut le voir comme un "collaborateur", il peut t'aider à trouver ton chemin (si le courant passe) mais ne peut en aucun cas le faire à ta place. Je dis cela pour qu'on ne place pas une attente imaginaire sur les fonctions d'un psy, ce n'est pas lui qui va te sortir de là mais il a les compétences pour t'aider si tu veux bien travailler. Un travail sur soi est souvent long et douloureux, ça a été ainsi pour moi, mais cela valait la peine et ma vie a changé grâce à des prises de consciences, même si j'en garde un souvenir pénible. Là encore, pas de miracles. Voilà pour mon expérience et mon avis sur une prise en charge thérapeutique. Elle n'est pas toujours obligatoire mais si la personne est prête à travailler sur son passé et en éprouve le besoin alors, faites le ! il ne faut jamais baisser les bras et ne négliger aucune piste qui pourrait nous conduire vers la sérénité.

Anbna bien sûr les régimes ne servent à rien, sinon nous enfoncer vers l'obésité et les TCA ! je me réjouis d'entendre (enfin) les médias se faire échos de cette réalité !

A toutes bon courage, ne cessez jamais de croire en votre capacité d'en sortir !
Revenir en haut Aller en bas
Lariss
New zouzou
New zouzou


Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 31
Date d'inscription : 15/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Mar 19 Mar 2013 - 12:29

Merci katylys, de ta réponse, et bravo pour ton courage merci de partager ton expérience avec nous
Revenir en haut Aller en bas
Virginie
New zouzou
New zouzou


Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 34
Localisation : Aube
Humeur : Souvent optimiste!
Date d'inscription : 28/11/2012

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Mer 20 Mar 2013 - 9:38

Bienvenue Katylys, merci pour ton témoignage, on trouve parfois dans l'histoire des autres des pistes qui nous font beaucoup avancer, c'est en tout cas ce qui m'arrive régulièrement depuis que je lis ce forum! A bientôt!
Revenir en haut Aller en bas
Katylys
New zouzou
New zouzou


Nombre de messages : 14
Age : 46
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Mer 20 Mar 2013 - 18:11

Merci les filles
Oui le proverbe dit "aide-toi et le ciel t'aidera", moi je rajoute "aide les autres, cela peut t'aider". Les témoignages des autres m'ont souvent aidé (ne serais-ce qu'à se sentir moins seule). J'espère que le mien puisse aussi aider, qu'il ne soit pas vain. L'écrire est aussi une forme de thérapie. Parfois en écrivant, il y a des mots que l'on écrit qui ne seraient pas libérés à l'oral. Moi j'ai beaucoup écrit sur mes épreuves, ça m'a aidé et l'on découvre toujours quelque chose sur soi que l'on ignorait, en se relisant.
Si l'écrit ne vous inspire pas, on peut essayer de peindre. L'art en général peut nous donner accès à des choses inconnues sur soi. Je trouve aussi important, sur un tel forum où il y a beaucoup de souffrance de pouvoir lire que oui, on peut se libérer de tout ça.
Comme je me sais fragile sur mon comportement alimentaire, si j'ai besoin de perdre du poids, il ne faut pas que je perde l'essentiel de vue. L'essentiel à comprendre, c'est que ce sont les problèmes émotionnels qui créent un problème de poids. Quand on a une fragilité émotionnelle compensée par la nourriture, vouloir faire un régime, (donc s'imposer des frustrations) est la voie idéale pour aggraver son problème. C'est comme proposer à quelqu'un qui aurait une migraine, de se taper la tête dans les murs. Mais si vous êtes ici, vous le savez déjà !
Revenir en haut Aller en bas
Mesecina84
zouzouteuse
zouzouteuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Age : 32
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Employée + étudiante le soir!
Humeur : se réconcilie avec la nourriture...
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: :)   Mer 20 Mar 2013 - 22:19

katylys, j'ai bcp aimé te lire, des phrases simples, justes, essentielles.

Depuis que tu as 'découvert' que ton retour à une alimentation régulée était Zermati, as-tu changé quelque chose dans ta manière de t'alimenter? Depuis combien de temps 'zermate' tu?
Revenir en haut Aller en bas
Katylys
New zouzou
New zouzou


Nombre de messages : 14
Age : 46
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Jeu 21 Mar 2013 - 0:50

Bonsoir Mesecina
J'ai découvert Zermati il y a 10 ans environ, j'étais alors en pleine période hyperphagie. J'ai été un peu sonnée de lire tout ça, j'avais réfléchi à tout ça depuis si longtemps ! enfin je comprenai, cela mettait des mots sur mon intuition et je découvrai aussi (vive le net) que d'autres personnes aussi souffraient et se servaient de la nourriture pour anesthésier leurs peines. Même si bien sûr je savais que l'anorexie et boulimie existait, je ne pouvais rien lire à ce sujet et l'on n'en parlait pas. J'avais lu des ouvrages sur la nutrition mais on était en pleine époque de gloire des régimes débiles, ananas, Montignac etc

Je n'avais que le livre de Valérie Valère (Le Pavillon des Enfants Fous) qui est un témoignage sur l'anorexie.
A l'époque j'ai pris patience, je n'ai rien changé à mon alimentation, même si je souffrai de mon surpoids, je savais que c'était une bouée de sauvetage vu ce que je traversai et j'avais besoin de me consoler avec la nourriture. Je me disais que si en plus je me privai de sucreries, j'allait droit à la dépression. Je me disais un problème à la fois, règle tous tes soucis, retrouve ton calme et tu retrouveras ta ligne plus tard. Peut-être à l'époque j'aurai pu rebasculer dans la boulimie, mais j'ai lu et relu tout ce que je pouvais sur Zermati et j'ai patienté, cela m'a donné la force d'attendre. Et c'est ce qui est arrivé quelques années plus tard, j'étais enfin en paix et j'ai remaigri très lentement, parfois qu'un ou deux kilogs par mois, mais j'ai tout reperdu sans souffrir et surtout ne pas rebasculer dans l'anorexie (je la craignai plus que la boulimie à cette époque car pour l'avoir traversé je savais à quel point c'est associé pour moi au besoin de disparaître). J'ai aussi toujours aimé la sensation de faim car cela me donne le sentiment dêtre vivante et de pouvoir contrôler au moins quelque chose dans ma vie.

Mais ce bel équilibre a été interrompu à cause d'un traitement médicamenteux qui n'aurait jamais du être testé sur moi, au vu de mes antécédents. Ce traitement très lourd d'effets secondaires pouvait aussi déclencher des agueusies (perte du goût) et...anorexie. J'étais alors stable dans un poids normal et libre de tout TCA. Au bout de 2 mois j'ai du arrêter les essais thérapeutiques en urgence car je ne parvenais plus du tout à m'alimenter. J'ai été plus que sensible à l'effet anorexigène. Mais j'ai aussi eu une névrite inflammatoire (des brûlures dans tout le corps, suivant le trajets des nerfs). Bref je vous épargne la liste de tout ce qui s'est passé sur cette année là, mais dès que j'ai pu remanger (j'étais alors maigre et très affaiblie) il faut croire que mon cerveau primaire a déclenché le plan alerte rouge car il m'a envoyé des pulsions boulimiques pendant plusieurs mois et je me suis retrouvée en surpoids et à nouveau dans les TCA. Cela a finit par s'estomper et je suis repassée par une période hyperphagie. Heureusement cela s'est arrêté également (je faisais des exercices de pleine conscience que j'utilisai aussi pour gérer mon stress face à la maladie). Aujourd'hui je suis enfin stabilisée dans ma pathologie, même si les traitements sont lourds (je souffre d'épilepsie généralisée) et l'anxiété que cela revienne reste là, tapie sous les kilogs de sucre que j'ai mis dessus pour qu'elle se taise. Aujourd'hui j'espère reperdre les 10 kgs d'angoisse qui me reste de cette charmante période (4 ans pour me retrouver un traitement qui fonctionne et que je supporte).

Voilà aujourd'hui où j'en suis, je lis et parcours ce forum, j'apprends des autres. En résumé je pense que j'ai toujours plus ou moins "zermaté" sans savoir, pendant longtemps. Ce qui est important pour moi, c'est de retrouver la sensation de faim, cela a toujours été le départ de tout, c'est le signal que j'accepte et me détache de mes peines et que je n'ai plus besoin de la nourriture pour ça, pour "digérer" ce qui m'est arrivé.
C'est vrai que c'est important de se "regarder le nombril" en pensant à ce que dit Zermati, mais il faut aussi regarder les autres, vous savez les fameux mangeurs régulés, comment eux, gèrent leurs problèmes ? et bien parfois ils fument un paquet par jour, d'autres c'est un peu trop d'alcool, d'autres se bourrent d'anti-dépresseurs et somnifères pour ne plus penser, d'autres travaillent à outrance etc etc. Regardez bien ces gens, cela vous libèrera de la culpabilité et du sentiment d'infériorité que l'on peut avoir face aux gens qui eux n'ont pas de surpoids et de problème avec l'alimentation.
Désolée pour le roman, j'ai du mal à faire court, j'écris et lis beaucoup. Cela m'a aussi aidée car l'ennui est pour moi un vieil ennemi qui me pousse vers le frigo...
Je découvre le forum et n'ai rien trouvé sur la technique EFT est-ce qu'on en a déjà débattu ici ? merci par avance pour vos réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Mesecina84
zouzouteuse
zouzouteuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Age : 32
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Employée + étudiante le soir!
Humeur : se réconcilie avec la nourriture...
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Jeu 21 Mar 2013 - 7:05

Hello!

Je t'ai lue, et ton expérience de plusieurs TCA est intéressante, dans la mesure où tu en connais bien les travers, tu en as souffert, et tu veux trouver un autre exutoire!

Comme tu dis, les régulés, peuvent fumer, claquer de l'argent (qu'ils n'ont pas tjs), etc, comme tout un chacun!

Pour ma part, jusqu'il y a quelques mois, je faisais bcp de course à pied, à jeun, le matin, avant d'aller travailler (1h30 non stop). tout un chacun aurait déjà du mal, mais j'étais déjà en 'sous-poids' (je n'aime pas trop les références à l'IMC). J'ai donc du arrêter, épuisée physiquement, psychologiquement, et en pleine orthorexie.

Ce qui me plait en particulier avec Zermati, c'est de sortir de la logique des repas pris à heures fixes et autant de repas par jour. Je redigère mal depuis quelques jours, pourtant pas d'excès, et j'ai pas envie de manger forcément à 9-13-19..

Evidemment, il y a tjs les petites critiques des autres... mais finalement ca marche: on reprend le contrôle de son corps, on essaye de comprendre lorsqu'il y a une EMe... etc!


Revenir en haut Aller en bas
Katylys
New zouzou
New zouzou


Nombre de messages : 14
Age : 46
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Jeu 21 Mar 2013 - 22:21

Bonsoir Mesecina, ce que tu t'imposes est très dur, on ne ferait pas ça à sa meilleure amie n'est-ce-pas, mais on peut se retrouver à avoir envers soi-même des exigences démesurées. Reflet d'une société incohérente. On nous vend des poisons comme la cigarette de façon légale, puis on nous dit qu'il faut arrêter de fumer car finalement ça coûte trop cher à soigner, tous ces cancers. Puis on nous matraque de publicités toute la journée pour que nous consommions, achetons et mangeons ces tonnes de produits industriels, gras, salés dont on nous rend dépendants...puis finalement l'obésité coûte cher aussi en terme de santé publique alors on nous dis stop ! arrêtez de vous empiffrer ou alors de l'allégé on vous le vendra plus cher ! bref les gens ne savent plus où ils en sont et perdent le contrôle. Et ils se torturent avec des régimes alors que les 2/3 restant de la planète crève de faim ! comment ne pas perdre la tête dans ce monde de fou ? il faut réussir à retrouver son instinct primaire, celui qui nous disait que manger et quand et combien. On a tous cette programmation interne mais on l'a perdu. C'est comme les gens qui commencent un travail en décalé, un coup de jour, un coup de nuit. Ils se retrouvent à souffrir d'insomnies car pour des raisons de boulot ils ont détraqué leur système de régulation du sommeil.
Et nous pour des raisons de fric et d'esthétique on s'est bousillé notre régulation de l'appétit...
Revenir en haut Aller en bas
Mesecina84
zouzouteuse
zouzouteuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Age : 32
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : Employée + étudiante le soir!
Humeur : se réconcilie avec la nourriture...
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Ven 22 Mar 2013 - 5:59

Bonjour Katylys!

Pour ma part, ce n'est pas des considérations esthétiques (enfin un peu) qui sont à l'origine de mes anciens TCA... c'est un véritable mal-être psychologique!

J'ai commencé à courir après un gros choc émotionnel... à l'adolescence, j'ai arrêté de bouffer à cause de relations tendues entre mon père et moi (principalement). La nourriture a été à la fois une manière de me contrôler, d'évacuer mes douleurs, de me sentir 'propre', 'bien'.

Je suis naturellement très mince, ce n'est donc rien à voir avec mon poids (mon père est un maigre constitutionnel... j'ai hérité d'une partie de ces gênes).

Que l'on soit hyperphage ou orthorexique, on s'exprime par la bouffe... et pas de la bonne façon!

Quand on y pense, finalement, les TCA sont très récents... à part l'impératrice Sissi, Audrey Hepburn, il y avait peu de cas de TCA 'à l'époque'. Pourquoi? Déjà parce que l'accès aux 'ressources alimentaires' était différent.
On mangeait traditionnellement les produits locaux, la viande de Fernand l'agriculteur, on avait pas de supermarchés, ni de 'night shop'... des petites épiceries de quartier... La nourriture était sacralisée, synonyme de plaisir mais également de carburateur...

Les gens exprimaient leurs malaises autrement, ou pas du tout... transmettant les 'pathologies psychiques' par héritage (lire les théories de Vincent de Gaulejac)...

A nous de trouver un exutoire sain (pas courir comme une dératée!!!), respectueux de notre corps... mais un exutoire tout de même!
Actuellement, je clôture des études (bac + 3) qui se déroulent deux soirs et le samedi toute la journée et ce, en plus de mon travail temps plein (38h). Je suis sûre qu'après ces études, je trouverai une occupation dans laquelle m'investir, autres que celles que j'ai actuellement. J'ai pensé à m'investir dans un potager local (on en a quelques uns dans ma ville), cultiver à plusieurs, récolter, consommer, etc.
Il y a également le bénévolat. Suivre des cours de couture pour confectionner l'une ou l'autre chose...
Des cours d'œnologie, de cuisine, bref...

Je pense aussi (et je vois difficilement comment faire autrement quand on a des 'petits') que certaines femmes ne pensent PLUS à elles, se sentant obligées de s'investir totalement dans la vie de couple, de famille... on rentre du boulot, on nettoie, on prépare le repas, on s'occupe des enfants... quelques fois on a pas le choix, pour d'autres, c'est une 'excuse'. Il faut se consacrer du temps!!! Chaque femme est un corps dissocié de celui de ses enfants, de son mari!!!
Revenir en haut Aller en bas
Katylys
New zouzou
New zouzou


Nombre de messages : 14
Age : 46
Date d'inscription : 10/03/2013

MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   Ven 22 Mar 2013 - 22:37

Je suis bien d'accord avec toi. Les TCA sont modernes car réflètent notre mode de vie. Même sans avoir de problèmes émotionnels ou de vide à combler, il est difficile de ne pas dépasser sa faim devant une telle abondance de produits. Avant, il n'y avait pas de barres chocolatés, de sodas etc, ce sont des produits industriels récents et dès qu'on y goûte, difficile de s'arrêter ou de s'en passer, puisque l'être humain est à la recherche constante du bonheur et tout ces aliments apportent du plaisir.
Quand tu cours tu produit des endorphines...là encore, c'est une recherche de plaisir que les accros du sport connaissent bien. Nous avons tous potentiellement des addictions. Perso je fais du sport de façon tout à fait raisonnable, 3-4X/semaine et ouf je n'ai pas sombré dans l'excès, preuve que je me détache du perfectionnisme qui me hantait plus jeune.
Je suis d'accord aussi pour les enfants, le couple...une femme peut y trouver une solution toute faite pour ne plus penser, ni à soi ni à ses peurs, ne sont jamais seules et n'ont plus le temps de réfléchir. Mais au fond quelque chose cloche, une sorte d'étouffement de ce bonheur préfabriqué. J'avais une copine comme ça, elle disait, résignée : tu comprends 20 ans de mariage, 20 kgs de trop. Mais se disait très heureuse de sa vie. Et puis un jour, crise de la quarantaine, elle a quitté son mari et tout à coup, elle a perdu beaucoup de poids, sans régime...elle n'avait juste plus besoin de remplir son vide !
Merci pour cette échange instructif !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manger pour vivre, pas l'inverse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manger pour vivre, pas l'inverse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conditions pour vivre ou voyager vers les pays mécréants
» Préparer à manger pour la famille du défunt
» Jack CANFIELD - La clé pour vivre selon la Loi de l'Attraction- livre audio .
» Dieu nous a-t'il créé pour vivre en ville ou en campagne?
» plein d'astuces pour mieux vivre ^^'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zermati :: Votre 1ère catégorie :: Présentation-
Sauter vers: