Zermati

Zermatons ensemble!
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "Comment perdre du poids sans régime"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:13

Première partie du livre de Mark Baker

Comprendre les causes du trouble du comportement alimentaire dont vous souffrez



Deux raisons principales expliquent pourquoi il est difficile de perdre du poids. Il est ardu de changer de mauvaises habitudes et un mauvais mode de vie et d’autre part, c’est un besoin psychologique sous-jacent qui nous pousse généralement à manger. Chez certaines personnes ces deux raisons sont présentes ce qui est explique pourquoi c’est si difficile.

L’objectif de ce chapitre est de vous aider à découvrir à quoi est réellement dû votre problème. Attendez-vous à tomber des nues. Le principe sur lequel repose le programme est la compréhension. Le problème poids/nourriture n’est probablement que le symptôme d’un problème sous-jacent. A chaque fois que des symptômes désagréables nous rendent la vie difficile, nous essayons d’en trouver la cause. Nul n’est prêt à supporter une douleur lancinante dans le pied dès qu’il fait un pas. Mais la plupart des personnes ayant un problème avec la nourriture sont incapables d’en identifier la cause réelle et elles se contentent d’éliminer le symptôme. Or lorsque nous nous souffrons d’un symptôme dont la cause nous échappe, nous avons le sentiment d’être démunis vulnérables, déconcertés et peu à peu l’inquiétude gagne. N’est-ce pas ce que vous ressentiriez si vous aviez une piqûre dans le pied et que vous n’arriviez pas à trouver l’écharde ?

L’exemple du papier mural qui se décolle

Imaginons qu’une ardoise soit tombée du toit de votre maison mais que vous ne vous en soyez pas aperçue. Toutefois vous remarquez que dans votre chambre le papier peint commence à se décoller. Que faites-vous ?

- 1/ vous laissez le papier tel quel mais à chaque fois que vous entrerez dans votre chambre et que vous verrez l’état du mur que ressentirez-vous ? La situation risque de vous taper sur les nerfs.

2/ Vous recollez le papier. Au moins ce sera propre un moment.

3/ Vous montez sur le toit afin de voir si le problème est dû à une fuite. Cette option implique que vous fassiez un effort et que vous soyez prête à faire d’autres efforts si des réparations sont nécessaires.

Les solutions permanentes demandent plus d’effort à court terme mais moins à long terme. De plus, elles permettent d’avoir une certaine tranquillité d’esprit.


Dernière édition par nathouille le Jeu 6 Mar 2008 - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:14

Comprendre le conscient et le subconscient

Il est probable que votre esprit conscient ignore en partie la cause de votre problème mais à coup sûr votre subconscient sait exactement ce qu’il en est.

La plupart des souvenirs et des émotions qui appartiennent au passé sont stockés dans le subconscient. Notre esprit conscient n’a qu’un accès limité à cette multitude d’informations, ce qui explique pourquoi nous nous souvenons rarement de tout. Les événements vécus durant l’enfance façonnent en quelque sorte la personnalité. A cela viennent s’ajouter les facteurs génétiques. Tout le reste est appris au fil du temps.

L’objectif du programme est de vous aider à mieux vous connaître vous-même en faisant remonter à la consciences des souvenirs enfouis dans votre subconscient et d’autre part de vous pousser à porter un autre regard sur vos problèmes de poids.

Le subconscient a deux rôles fondamentaux :

- il protège. Les émotions ou les événements qui sont trop douloureux et que l’esprit conscient n’arrive pas à gérer sont enfermés à clef dans le subconscient. Ces émotions ou ces événements sont très importants dans la mesure où ils dictent parfois un comportement, le subconscient faisant tout pour qu’une douleur similaire ne se reproduise pas. Pour mieux comprendre, essayez de vous souvenir du jour où vous vous êtes brûlé les doigts pour la première fois. Vous n’y arrivez pas mais votre subconscient lui le sait et vous éloignez automatiquement votre main des objets qui brûlent. Sans y penser.

Le subconscient peut aussi vous protéger d’une douleur émotionnelle qui remonte à l’enfance mais qui n‘existe plus, d’où un comportement irrationnel non voulu. Supposons qu’une petite fille à l’école primaire soit ridiculise parce qu’elle n’a pas le même accent que les autres enfants. L’enfant est peinée dès qu’elle ouvre la bouche. Son subconscient aimerait la protéger. L’une des stratégies est de faire monter en elle une inquiétude telle qu’à chaque fois qu’elle doit parler en public, elle n’a même pas le courage d’essayer. Elle fait tout pour éviter les situations l’obligeant à prendre la parole. Ce mécanisme de protection peut durer jusqu’à l’âge adulte et entraîner de nombreux problèmes.

- Le subconscient a besoin de commander.

S’il était intelligent, il saurait quand mettre fin aux stratégies devenues superflu du fait d’un changement de circonstances. Or tout laisse supposer que le subconscient ne réfléchit pas en suivant la même logique que l’esprit conscient. Il réfléchit en faisant des associations. Son travail consiste à établir nombre d’associations neuro-mentales. Si vous tombez amoureux en dansant sur une chanson, cette chanson sera associée à tout jamais au sentiment de l’amour. Les associations remontant à l’enfance peuvent perdurer toute la vie d’adulte



Exercice pour vous montrer comment les souvenirs refoulés peuvent remonte à la surface :

- Vous souvenez-vous de votre premier jour d’école ?

- Votre souvenir est-il précis ?

- Des émotions sont-elles liées à ce souvenir ?

- Vous souvenez-vous des plats pris à la cantine ?

- Quels plats aimiez-vous ? Quel plat dégustiez-vous ?

- Y a –t-il des goûts ou des odeurs qui immédiatement vous font penser aux repas pris à la cantine ?

- Vous souvenez-vous des dames de services ?

Je suis prêt à parier qu’une multitude de souvenirs ont refait surface. Certains souvenirs sont-ils associés à des émotions ? Quelles émotions ? Douloureuses ou agréables ? Quelles que soient ces émotions, elles vous appartiennent, à vous et à vous seule. Les associations neuro-mentales qui sont les vôtres sont uniques. C’est pourquoi, pour un problème qui a priori semble le même, les solutions varient d’un individu à l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:14

Est-ce que vos kilos essaient de vous dire quelque chose ?

Votre graisse essaie peut-être de vous venir en aide.

Etude de cas n°1 : j’ai grossi pour être prise au sérieux

Exemple de Diane, une jeune femme qui occupe un poste important au sein d’un service RH d’une grande entreprise. Elle semble sûre d’elle. Elle est blonde. Tout au long de son adolescence, diane a été assaillie par le même message : pour séduire et avoir un bon métier, il faut être mince. Toutefois diane associe dans son subconscient l’image de la jolie blondinette à celle de la blonde évaporée. Inconsciemment, elle s’est mise à manger plus que de raison, persuadée que si elle avait des kilos en trop, elle ne serait plus attirante. Pour elle, être intelligente et mener une carrière est totalement incompatible avec le fait d’être jolie et séduisante. Mais tout se passe sur le plan du subconscient. Sur le plan conscient Diane désire être mince/ Lorsque le subconscient et le conscient sont en opposition, un combat intérieur se met en place et le comportement peut être totalement perturbé. La boulimie en est un exemple typique. Puis Diane a décidé de maigrir. Elle a perdu 10 kilos et le comportement de ses collègues masculins a changé. Ils semblaient plus intéressés par la façon dont elle occupait ses soirées que par la politique salariale qu’elle proposait. Et même si c’était loin de lui déplaire, elle aurait préféré être prise plus au sérieux. La solution pour Diane : faire valoir son droit et être écoutée et ce qu’elle soit grosse ou mince.

Diane a appris à s’affirmer face à ses collègues et à ce qu’ils voient en elle d’abord une collègue et ensuite une femme. Une fois ce cap passé, son besoin incessant de manger a disparu. Diane a enfin compris qu’elle peut réussir sur le plan professionnel et être mince.

Etude de cas n°2 : j’ai grossi pour éloigner les hommes

Angèle 32 ans est mariée à Vincent. Ils n’ont pas d’enfant mais rêvent de fonder une famille. Un an après son mariage, Angèle a commencé à souffrir de compulsion alimentaire. Les crises ont duré 3 ans. C’est le soir qu’elle avait le plus de mal à réfréner son besoin de manger. Elle avait beau faire, elle ne pouvait s’empêcher de piocher dans les paquets de gâteaux. Vincent travaillait de nuit dans un bar. Quand je lui ai demandé comment les choses seraient si elle était mince ? Elle m’a avoué : « et bien quelquefois je me dis que si j’étais plus séduisante, certains de mes anciens petits amis feraient encore attention à moi. J’aime Vincent et je désire avoir des enfants avec lui. Je ne veux pas prendre le risque de tout perdre en sortant avec d’autres hommes.

J’ai ensuite demandé à Angèle s’il y avait certaines choses dans son couple qu’elle aimerait changer ? Sa réponse ne s’est pas fait attendre « j’aime Vincent mais je ne suis pas sûre que cela soit réciproque. »

Au fil de la discussion, j’ai appris qu’en plus de travailler le jour, Vincent était employé de bar quatre jours par semaine. Il menait cette vie depuis trois ans pour rembourser le crédit qu’ils avaient pris pour acheter une nouvelle voiture ? Au début, Angèle allait avec lui mais elle en a eu assez de rester assise au bar et de ne pouvoir échanger que quelques mots avec lui. Angèle m’a dit à quel point elle avait besoin d‘amour et d’affection et combien elle regrettait que Vincent ne soit pas assez souvent avec elle pour lui donner ce qu’elle attendait. Elle avait même l’impression que son mari pensait plus à son travail et à sa voiture qu’à elle. A sa solitude, s’ajoutait la jalousie et la crainte d’être rejetée. Tous ces sentiments expliquaient pourquoi Angèle envisageait l’éventualité d’avoir une aventure extraconjugale. Ne pouvant jurer qu’elle resterait fidèle, elle comptait sur ses kilos superflus pour éloigner les hommes et l’empêcher de sauter le pas.

Vous vous demandez peut-être pourquoi Angèle n’a pas tout simplement dit à Vincent ce qu’elle ressentait. Et bien, son silence était dicté par le respect de soi et la culpabilité. Le premier lui fait dire : « je ne vais tout de même pas rester sagement à l’attendre à la maison si lui préfère travailler » alors que le second la retenait « je ne veux pas devenir l’une de ces épouses acariâtres : un homme a besoin de liberté ».

En prenant conscience des raisons qui la poussaient à manger, Angèle a réalisé combien il était important qu’elle trouve une solution. Elle a fini par suivre mes conseils et dire à son mari qu’elle voulait qu’il soit plus souvent avec elle le soir. Quelle ne fut pas sa surprise quand Vincent lui répondit : « Pourquoi ne me l’as-tu pas demandé plus tôt ? Tu ne m’as jamais rien dit et j’en ai déduit que tu aimais rester seule à la maison ».

Vincent a démissionné de son emploi de barman et a renégocié son emprunt afin de diminuer les mensualités. Ils forment de nouveau un couple heureux et se parlent de plus en plus. Les kilos d’Angèle n’ont plus lieu d’être maintenant qu’elle a repris confiance en elle. Le problème d’Angèle s’est résolu le jour où elle a su évaluer ses besoins.



Exercice : grosse ou mince qu’est-ce qui est le mieux ?



Je vous propose de lire deux fois le texte ci-après afin d'être capable de fermer les yeux et de vous souvenir de ce qui est écrit

Installez-vous confortablement, fermez les yeux et imaginez que vous êtes à une soirée. Vous grossissez...vous êtes de plus en plus grosse...Que ressentez-vous? Regardez autour de vous…Comment percevez-vous ce qui vous entoure ? Quel type de soirée est-ce ? Qu’y fait-on ? Etes-vous assise ? Debout ? Vous déplacez-vous ? Comment êtes-vous habillée ? Que pensez-vous de ces vêtements ? Qu’est-ce qu’ils montrent ? Soyez attentive au moindre détail.

Comment vous comportez-vous avec les autres invités ? Etes-vous seule ? Parlez-vous à quelqu’un ? Etes-vous en train de danser ou de manger ? Participez-vous à la fête ou vous sentez-vous exclue ? Allez-vous vers les autres ou attendez-vous qu’ils fassent le premier pas ?

Maintenant voyez ce que la grosse que vous êtes dit aux autres invités. Vos paroles véhiculent-elles un message particulier ? Est-ce que le fait d’être grosse vous est bénéfique dans cette situation ? Voyez si vous passez outre ce sentiment de répugnance que vous avez peut-être afin de ne voir que les avantages d’être grosse…

Maintenant imaginez que votre graisse a fondu et disparu. Vous avez la silhouette fine et élancée que vus avez toujours rêvée. Vous êtes invitée à la même soirée. Comment êtes-vous habillée ? Quelles informations ces vêtements livrent de vous ? Comment vous sentez-vous dans votre corps ? Avez-vous moins le sentiment d’être exclue ? Les invités viennent-ils vers vous ? Les contacts sont-ils cordiaux, chaleureux, froids ou distant ? Voyez s’il n’y a rien d’effrayant dans le fait d’être mince. Essayez de dépasser le sentiment de bien être que vous ressentez et identifiez les inconvénients liés au fait d’être mince. Passez de la femme grosse à la femme mince et inversement et identifiez les avantages et les inconvénients de chacun



Si vous avez trouvé au moins un avantage dans le fait d’être grosse, c’est sûrement celui-là qui vous empêche de mincir. Notez ce que vous ressentez et ce que cet exercice vous a permis de découvrir.

Si vous vous sentiez parfaitement à l’aise dans un corps longiligne cela montre que le fait d’être grosse ne vous apporte rien. Mais avant de l’affirmer catégoriquement, je vous demande de repasser la scène dans votre tête en changeant quelques paramètres. Par exemple, imaginez que vous rendez visiste à vos pare,nts ou à votre belle famille, que vous êtes au bureau ou chez vous avec votre mari et vos enfants.

Ces exercices sont indispensables pour identifier votre problème. Plus vous vous investirez, plus vous en tirerez de bénéfices.
Ne passez à la suite que si vous êtes capable de répondre à la question ; « est-ce que vois kilos superflus peuvent faire quelque chose pour vous ? » Si oui, faites le point et écrivez noir sur blanc le fruit de vos réflexions. Le fait d’être grosse me permet de….


Vous aurez ainsi une vision plus claire des éléments que vous devez changer afin de résoudre votre problème. Dans le prochain chapitre, je vous expliquerai comment mettre en place ces changements qui peu à peu prendront le dessus. L’obésité est souvent liée à des problèmes émotionnels enfouis au plus profond de soi, problèmes dont l’origine est souvent au cœur même de la famille.

Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:14

De génération en génération

Mon expérience professionnelle m’a fait prendre conscience d’un thème récurrent : les liens que mes patientes entretiennent avec leur mère.

L’image que vous avez de la femme vient de votre mère. Votre mère quant à elle a pris modèle sur sa mère qui elle-même a pris modèle sur sa mère et ainsi de suite. La manière dont se sont comportées ou se comportent toutes ces femmes a été influencée par le rôle que la société à une époque donnée voulait qu’elles tiennent. Le rôle essentiel de la mère est de nourrir et élever ses enfants, un rôle dont l’importance est souvent exagéré dans la mesure où cela sous-tend que toute la vie de la mère tourne autour de sa famille. Mais la raison d’être une mère est de s’occuper exclusivement de ses enfants, que lui reste-t-il une fois qu’ils quittent la maison ? De cette idée nait un conflit entre d’une part le besoin de voir ses enfants grandir et indépendant et d’autre part le besoin de toujours se sentir indispensable. Ce besoin pousse souvent les mères à devenir ultra-protectrice. Les enfants comptent de plus en plus sur leur mère et ont de moins en moins confiance en eux. Une mère ultra protectrice a tendance à donner trop à manger à ses enfants comme si elle voulait se les approprier un peu plus.

Les mères qui n’acceptent pas que leur rôle perde de son importance ont parfois recours à la culpabilité pour empêcher leurs enfants de prendre leur indépendance. Si on vous culpabilise, vous êtes moins sûre de vous. La mère n’est pas la seule à être en prise à un conflit intérieur. En effet, la fille éprouve le désir de devenir libre et indépendante mais hésite à voler de ses propres ailes, dans la mesure où dans notre société les femmes ne sont pas encore les égales des hommes. L’une de mes patientes anorexiques m’a confié avoir peur de trop bien réussir, d’avoir une meilleure vie que sa mère qui pourrait selon elle en souffrir.

Ci-dessous quelques exemples d’une relation mère-fille pouvant entraîner un surpoids.

- la fille se rebelle contre sa mère et la vision que cette dernière a de la fille parfaite. L’obésité est la seule façon que la fille a trouvée pour exprimer son désir d’indépendance par rapport à sa mère.

- La fille essaie de dire à sa mère : je n’arrive pas à me débrouiller seule. J’ai besoin que tu joues ton rôle de mère.

- La fille essaie de faire passer à sa mère le message suivant : je suis suffisamment grosse pour m’assumer toute seule.

Analyser la relation qui existe ou existait entre vous et votre mère en vous polarisant sur les points conflictuels et essayer de voir si le fait de manger plus que de raison, grossir et consommer certains aliments a subi l’influence de ces conflits. Ecrivez-le.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:15

L’obésité et la peur de l’échec

Pour certaines femmes, le fait d’être grosse est la seule manière qu’elles ont trouvé pour exprimer leur peur de l’échec, que cette peur soit consciente ou non. Vous souvenez-vous d’avoir déjà tenu des propos du style :

- J’aurais eu si ce poste si je n’avais pas été aussi grosse

- Quand j’aurais perdu du poids, je serais mieux dans ma tête

- J’aurais plus souvent envie de faire l’amour si j’étais mince.

Avoir un surpoids est l’excuse toute trouvée pour expliquer un échec ou simplement le fait de na pas avoir osé tenter quelque chose. Tant que la peur d’échouer persiste, la personne a besoin de ses kilos superflus pour justifier son comportement

Que dites-vous régulièrement que vous feriez si vous étiez plus mince ? Notez vos réponses

Passez maintenant en revue chacune d’elles et entourez celle qui laisse entrevoir un facteur de peur ou d’angoisse. Pour ne plus avoir peur d’échouer, vous devez impérativement avoir confiance en vous et avoir une bonne image de la femme que vous êtes. Avez-vous déjà remarqué que les personnes sûres d’elles tentent n’importe quoi et acceptent d’essuyer un échec.



Manger pour compenser

Nous avons tous besoin d’être dorlotés !

Or si nous avons le sentiment de ne pas être suffisamment choyés, nous nous tournons souvent vers la nourriture afin de combler ce manque. Rien d’étonnant à cela. Dès qu’il naît, le nourrisson associe la tendresse à la nourriture. Et cela continue plus tard lorsqu’on donne un bonbon à un enfant pour le consoler ou le récompenser de s’être bien comporté, sans parler du chantage que l’on entend parfois « si tu es gentil, tu auras un bonbon »

Repensez à votre enfance et inscrivez les situations qui ont été récompensées par des aliments. Quel aliment est associé à telle ou telle émotion ?



Manger pour apaiser une émotion forte

La nourriture peut servir à penser le manque d’émotions agréables ou réprimer des émotions désagréables.

Si des émotions comme la peur, la culpabilité ou la dépression refont surface, manger peut être une manière de les fuir. Plus une émotion est forte et pénible, plus l’esprit se concentre sur la nourriture. Manger tout ce qui tombe sous la main est une stratégie extrême car manger fait oublier tout le reste.

Supposons que vous vous sentiez déprimée et que vous vous tourniez vers la nourriture pour trouver du réconfort et penser à autre chose. Il est évident que cette tactique est temporaire et a des effets secondaires indésirables. De plus ce n’est qu’une manière de fuir temporairement le vrai problème.

Le vrai problème est en vous et aucun élément qui temporairement apaise ou permet de penser à autre chose n’est capable de le solutionner. Si vous ne savez pas comment changer votre moi profond, il est normal que vous vous tourniez vers tout ce qui semble susceptible de vous aider.

Est-ce que l’une des émotions ci-dessous fait partie intégrante de votre vie ? Quels sentiments ces émotions vous inspirent-elles ?

- La culpabilité

- La peur

- La colère

- La jalousie

- La douleur

- La dépression

- Le désespoir

- L’insécurité

- Le rejet

- La solitude

Vous tournez-vous vers la nourriture lorsque que vous voulez atténuer l’une ou l’autre des émotions ? Notez celles que vous avez le plus de mal à gérer
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:15

Ce que représente la nourriture chez l’enfant

Est-ce que l’une ou l’autre des ces affirmations fait remonter en vous un souvenir d’enfance ?

- Je me moque éperdument que tu aies faim ou non. Tu ne quitteras pas la table tant que tu n’auras pas fini ton assiette.

- Les filles ne sont que douceur, amour et beauté. (Il suffit d’ajouter dis-moi ce que tu manges et je te dirais qui tu es pour obtenir l’équation fille= douceur= sucreries

- Tu n’auras pas de dessert si tu ne finis pas ton entrée (cette remarque ne peut qu’encourager une attitude négative vis-à-vis des aliments salés car nul n’aime être forcé à faire quelque chose. Par ailleurs, elle pousse à manger même lorsqu’on n’a plus faim et présent les aliments sucrés comme étant une récompense)

- pas de gâchis ! Il ne fallait pas avoir les yeux plus gros que le ventre. (pour ne pas culpabiliser, vous devez finir votre assiette, que vous soyez ou non repue)

Les personnes qui durant leur enfance ont été privées de nourriture, soit parce qu’il y avait trop de bouche à nourrir, soit parce que l’argent manquait et que les repas étaient maigres, se comportent toujours comme si elles prenaient leur dernier repas. Elles mangent vite et ne laissent pas la moindre miette.

Ce ne sont que quelques exemples. A vous de faire le point sur ce que vous avez vécu enfant.



Exercice : un souvenir d’enfance lié à la nourriture :

Lisez deux fois les textes ci-dessous puis fermez les yeux et laissez vous allez au souvenir

Pensez à l’endroit où vous viviez lorsque vous aviez entre 5 et 10 ans. Revoyez la maison…La cuisine..Votre chambre…les membres de votre famille tels qu’ils étaient à l’époque…vous vous revoyez à table avec vos parents et vos frères et sœurs, par exemple le dimanche midi…souvenez-vous de l’ambiance…Les repas étaient-ils tendus ou décontractés ? Comment votre père et votre mère se comportaient-ils avec vous ? Comment vous comportiez-vous ? Quelle était votre attitude vis-à-vis de la nourriture ? Concentrez-vous sur les autres membres de la famille…Certaines émotions liées à la nourriture refont-elles surface. Revivez le plus longtemps possible ce souvenir et voyez ce qu’il vous procure.

Notez ce que vous avez découvert quant aux liens que vous avez établis tout au long de votre enfance entre la nourriture et les émotions. Comme nous l’avons vu, chez l’enfant le subconscient accepte nombre de choses, qui en fait, sont fausses. Contrairement à l’adulte, l’enfant n’a pas les moyens de raisonner et de faire le tri dans sa tête. C’est pourquoi il est maintenant temps de reprendre la liste ci-dessus et de définir les associations qui n’ont plus lieu d’être aujourd’hui. Par ex, si vous avez très influencés par la phrase « finis ton assiette » dites-vous à la place « je m’arrêterais de manger lorsque je serais rassasié » ou « mieux vaut ne pas finir son assiette que trop manger »

Répétez dix fois de suite la nouvelle phrase à vois haute sur un ton assuré et ajoutez à la fin « l’ancien message a disparu ». Une fois que vous avez terminé, repensez à la situation de votre enfance en remplaçant les éléments négatifs par les éléments positifs. Ecrivez les nouveaux messages qui sont désormais les vôtres.



De nouvelles habitudes alimentaires pendant et après une grossesse

Pendant la grossesse :

- « super mes kilos superflus ne se verront plus » est la réaction la plus habituelle. Pour une femme qui passe son temps à se battre contre la prise de poids, la grossesse est une trêve de 9 mois. Fini les privations d’autant que les kilos sont mis sur le compte de la grossesse.

- 3Resservez-vous. Vous devez manger pour deux maintenant » Nombre de personnes poussent les femmes enceintes à manger même lorsqu’elles sont repues. Il leur faut alors trouver le courage de dire « Non merci, j’écoute mon corps qui me dit que je n’ai plus faim »

« Qui va avoir un bébé- Moi ou vous ? » Si les médecins gynécologues prennent en charge la grossesse sur le plan médical, éprouver du ressentiment ,regretter de ne pas tout contrôler et douter de soi peut pousser les femmes enceintes à compenser par la nourriture.

« Vais-je réussi à assumer ma maternité ? »Même su elles sont aidées, il est légitime qu’à un moment ou un autre les femmes enceintes aient peur de ne pas s’en sortir, notamment s’il s’agit d’une première grossesse. Une autre bonne raison de se ruer sur la nourriture.

Si vous vous sentez concernée par ce qui précède, mettez par écrit que ce que vous avez ressenti durant votre grossesse et les répercussions que vos émotions ont eu sur la nourriture.



Mère et enfant

Beaucoup de femmes ne retrouvent jamais leur poids d’avant la grossesse, certaines continuent même à grossir. Quelques explications plausibles :

- « Je ne suis pas sortie de chez moi depuis six mois » : l’arrivée d’un bb change radicalement le mode de vie

« Je souffre d’une dépression post-natale »Quand elles n’ont pas le moral, beaucoup de femmes se ruent sur la nourriture. Pour les femmes qui ont entrepris un régime, le cercle vicieux manger-se restreindre risque de perdurer au-delà de la dépression.

« Je ne suis pas encore prête à avoir des relations sexuelles » Les femmes qui n’arrivent pas à dire clairement à leur partenaire ce qu’elles ressentent ont tendance à manger plus que de raison. Elles se sentent coupable de ne pas être capables de satisfaire ses besoins et elles mangent pour grossir et par conséquent être moins désirable.

« Tu ne viens pas me voir, tu viens voir ton petit fils » Durant neuf mois, la future mère a été le nombril du monde or après la naissance la jeune mère se sent souvent délaissée voire jalouse, convaincue que ses parents, sa belle famille, ses mais et mêmes son mari ne se soucient plus que du nourrisson.

Ces exemples ne sont pas exhaustifs. Si vous vous sentez concernée essayez de voir le lien qui après votre accouchement s’est mis en place entre les émotions que vous avez ressenties et la nourriture.



Résumé des causes émotionnelles et psychologiques sous-jacentes aux troubles du comportement alimentaire

1/ Pression pour se conformer à l’image idéale imposée par la société

2/L’obésité ne fait que traduire des pensées inconscientes : Je suis solide, je ne corresponds pas à un stéréotype, je ne suis pas disponible, j’ai encore besoin de toi

3/ La nourriture compense parfois le manque d’amour : J’adore le chocolat et lui au moins est toujours là

4/La nourriture permet d’apaiser des émotions fortes : combler sa solitude et enrayer sa peur en mangeant

5/ Des messages remontant à l’enfance sont liés à la nourriture

6/De mauvaises habitudes alimentaire et un mauvais mode de vie profondément ancrés : c’et plus facile de ne rien changer que de tout remettre en question.



Conclusion



Les troubles du comportement alimentaire sont dus à des associations neuro-mentales impropres

- Les habitudes : aucun lien émotionnel. Par ex, vous avez tout simplement pris l’habitude de manger des en-cas riches en sucres ou en graisses à la place de plats équilibrés. Vous voyez un paquet de chips et vous l’engloutissez sans même avoir conscience de cous que vos faites. La solution ? Trouver la motivation et la détermination qui vont vous permettre de mettre fin à cette vieille habitude.

- Lés émotions : Le lien nourriture-émotion est très fort. La nourriture ou le fait d’être grosse est une manière de satisfaire vos besoins émotionnels.

Si vous résistez immédiatement des sentiments douloureux refont surface. Vous vous sentez mal quand vous mangez et quand vous ne mangez pas. La solution ? Trouver comment satisfaire vos besoins émotionnels sans avoir recours à la nourriture. La nourriture fournit au corps les nutriments dont il a besoin. Peu à peu, vous apprendrez à éprouver du plaisir en mangeant uniquement les bons aliments.

Quelles sont vos conclusions ? Qu’avez-vous appris quant à votre rapport à la nourriture et à votre façon de manger ? Avez-vous découvert l’origine de votre problème ?
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:54

Deuxième partie


Des solutions pour régler vos problèmes psychologiques et des conseils pratiques

Introduction

Maintenant que vous savez, je suppose que vous vous sentez mieux. Vous devez maintenant décider ce que vous voulez faire et prendre les mesures adéquates. Bien qu’elles aient réussi à identifier l’origine du problème qui leur gâche la vie, certaines personnes redoutent de mettre en place les changements qui s’imposent car elles craignent de semer la pagaille dans leur existence. Changer de vie demande une énergie considérable et une bonne dose de motivation.



AVOIR UNE MEILLEURE IMAGE DE SOI

Qui croyez-vous être ?

L’image que vous avez de vous repose sur des croyances, un état d’esprit et le respect de soi. Les croyances ont tôt fait de devenir réalité. Une étude édifiante a été menée dans une école américaine. Au début de l’année la directrice a convoqué trois instituteurs pour les informer que chacun d‘eux aurait une classe composée d’élèves au QI largement supérieur à la normale. Les 3 enseignants se sont réjouis à l’idée de passer une année en compagnie de ses enfants avides d’apprendre. En réalité, les élèves avaient un QI équivalent à celui de leurs camarades. A la fin de l’année, les résultats obtenus par ces 3 classes étaient nettement supérieurs à ceux des autres classes et le QI de chaque élève avait augmenté.

Les instituteurs ont alors réalisé en apprenant la vérité que le simple fait de penser que leurs élèves étaient hors normes avait eu une influence considérable sur leur manière d’enseigner et de se comporter avec les élèves. Plus enthousiastes, plus patients, ils les encourageaient volontiers. Ils avaient réussi à tirer le meilleur de chacun et les élèves inconsciemment avaient voulu ressembler à l’image que l’enseignant avait d’eux. Les croyances étaient devenues réalités.

Changez vos croyances et votre réalité changera.



Comment l’image que vous avez de vous s’est-elle formée ?

Un nourrisson n’a peur de rien. Il est prêt à tout expérimenter. Il n’a aucune inhibition. Il s’exprime de manière spontanée.

Lorsqu’un enfant grandit, il apprend :

- en imitant

- en recherchant tout ce qui lui procure du plaisir. Il fait tout ce qui lui est agréable

- en évitant de souffrir. Il fuit ce qui lui fait mal.

Cette curiosité sans limites génère souvent des interdits de la part des adultes. Ces interdits font naître chez l’enfant un sentiment négatif. « Je ne peux pas » qui s’accompagne de la crainte d’être désapprouvé voire ne plus être aimé.

L’image de soi est considérablement influencée par les relations parents-enfants. Un enfant rejeté de quelle que façon par son père ou sa mère aura une image négative de qui il est. Le rejet se manifeste de différentes manières :

- favoritismes entre frère et sœur

- peu d’intérêt et peu de temps accordé à l’enfant

- manque d’amour et d’affection

- les activités des parents qui passent avant l’enfant

- un comportement violent vis-à-vis de l’enfant.

Parfois le rejet n’est pas réel mais perçu comme tel. Peu importe ! Cela a les mêmes conséquences sur l’image qu’il aura de lui.

Si vous avez été rejeté, il est primordial que vous réalisiez que vous ne compterez jamais pour personne et que vous ne serez jamais aimée. Les enfants rejetés sont souvent convaincus que c’est de leur faute. Leurs parents ne peuvent pas être mauvais et par conséquent ce sont eux qui le sont. Ils doivent apprendre, en grandissant, à ne plus s’accuser mais à s’accepter tels qu’ils sont et plus difficile encore à accepter leurs parents tels qu’ils sont.



Le plaisir sous condition

En cherchant ce qui lui procure du plaisir, le tout petit apprend à adapter son comportement. Malheureusement la majorité des parents fausse la donne. « Maman te fera un câlin si tu vas sur le pot » « Si tu fais ça, papa est très en colère »

Ces phrases a priori anodines véhiculent un message lourd de conséquences, à savoir « Tu n’es pas aimé tu risques d’être écarté su tu ne fais pas ce qu’attendent de toi Maman et Papa » Ces messages sont associés au manque d’amour et n’encouragement aucunement les enfants à découvrir et à développer leur identité. Bien au contraire ! Ils les poussent à croire qu’ils doivent satisfaire leurs parents, leurs frères et sœurs et plus tard leurs enseignants puis leur époux et leur patron. Tout ce qu’ils font est guidé par la peur du rejet et tout leur vie ils e demanderont ce que le saures attendent d’eux. Leur mode de vie repose sur la croyance suivante : « Je ne suis pas aimé et je risque d’être rejeté su je ne fais pas ce que X,Y, et Z attendent de moi ». Si cette vie est régie par cette croyance, elle ne sera qu’à 25% ce qu’elle devrait être. Vous pouvez changer vos croyances. Réfléchissiez à ce en quoi vous croyiez lorsque vus aviez douze ans mais en quoi vous ne croyez plus aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 10:54

Traumatisme et estime de soi

Les enfants et les adultes qui ont subi des sévices sexuels ont souvent peu d’estime pour eux-mêmes. Ils se sentent généralement coupables, souillés et ne pensent ne pas mériter d’être aimés.



L’estime de soi

L’image de soi est un sentiment des plus intimes qui a une influence considérable sur le comportement de chacun. Complétez un tableau avec sur la colonne de gauche « Ce que j’aime en moi » et sur la colonne de droite « Ce que je déteste en moi »

Quelle est la liste la plus longue ? Quelle colonne m’a posée le plus de problème ? En générales, les personnes souffrant d’un trouble du comportement alimentaire remplissent plus facilement la colonne de droite.



Le bienfait des affirmations

Une affirmation peut nous aider d’une part à comprendre la nécessité de changer une croyance et d’autre part à favoriser l’estime de soi. Une affirmation est une déclaration positive énoncée clairement que l’on voudrait voir devenir réalité. Répétez à haute voix, les affirmations ci-dessous :

« Je peux être aimée et ne pas avoir peur d’être moi-même » « Je peux réussir tout ce qu j’ai en tête » Sur quel ton les prononcez-vous ? Si votre voix est faible, vous ne croyez pas vraiment ce que vous dites. Les pouvoir d’une affirmation résulte du principe suivant :

Si vous dites quelque chose pendant suffisamment longtemps, vous finissez par y croire. Après tout c’est ainsi que des messages négatifs et erronés ont fini par s’ancrer dans votre esprit.

Répétez la phrase à voix haute et sur un ton assuré. Peu à peu vous prenez conscience de la puissance et de l’assurance de votre voix. Prononcez la phrase d’une vois faibles puis redites-la avec force et enthousiasme. Quel ton vous semble le plus naturel ? Prenez conscience de votre voix e entraînez-vous pour qu’elle soit de plus en plus forte et assurée.

L’image de soi

L’image de soi est la manière dont on se voit physiquement mais aussi moralement. L’estime de soi est une autoévaluation qui permet de dire si on pense avoir de la valeur et si on s’aime tel qu’on est. Conclusion : Si votre image de soi s’améliore, votre estime de soi augmente naturellement.

L’image de soi correspond à l’étiquette que chacun d’entre nous colle sur sa propre personne. Or les étiquettes en disent long. Vous devez lutter contre les étiquettes que les autres essaient de coller sur vous. Mais avant tout cesser donc de coller des étiquettes sur votre propre personne.

Notez les aptitudes, les responsabilités qui sont les vôtres ainsi que les domaines dans lesquels vous réussissez le mieux. Nombre d’hommes et de femmes ont tendance à minimiser les domaines dans lesquels ils se débrouillent, voire excellent. Il suffit de penser à ce qui un jour vous a donné du fil à retordre mais qui aujourd’hui ne vous pose aucun problème pour comprendre qu’il est toujours possible d’élargir son champ de compétence.

La modestie est une vertu, l’autodépréciation n’en est pas une. Pour une fois, faites-vous des compliments !



S’évaluer soi-même

Passez en revue les différentes périodes de votre vie et notez les exemples qui semblent le mieux rendre compte de vos aptitudes, vos responsabilités, vos réussites
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:06

ETRE SUR DE SOI

Introduction

Dans ce chapitre, vous découvrirez que prendre de l’assurance favorise les émotions positives qui, progressivement prennent une place de plus en plus importante dans la vie au détriment des émotions douloureuses. Plus on prend de l’assurance, meilleure est l’estime de soi et plus grande est la confiance en soi et ce dans quelque domaines que ce soit ? « Avoir de l’assurance » c’est avoir un comportement qui nous permet de dire clairement ce dont nous avons besoin, ce que nous voulons et ce que nous ressentons tout en respectant les besoins, les volontés et les sentiments des autres. Prendre de l’assurance, c’est opter pour un comportement qui prouve que l’on a une bonne opinion de soi.



Les trois types de comportement

- Comportement passif : trainer les pieds, geindre, regarder par terre

- Assuré : se tenir droit, être détendu, parler d’un ton calme et apaisé, regarder son interlocuteur dans les yeux.

- Agressif : pointer du doigt, crier, fixer du regard

- Passif : Désolé…Est-ce que ça vous ennuierait si ?....Ce n’est que moi…A vous de décider…Je suppose que…je pourrais…je n’y arriverais jamais…

- Assuré : Je me sens…J’aimerais…Que pensez-vous…J’apprécie que…Voyons voir…Non, je ne veux pas…

- Agressif : Espèce d’idiot…Au moins essaie…si tu ne…Tu as recommencé…Tu dois…Va au diable !

Quel comportement vous décrit le mieux ? La majorité des patients qui veulent perdre du poids ont un comportement passif



Les causes du comportement passif

- Le « Je ne peux pas » induit par des parents qui ont brimé la spontanéité de leur enfant dès son plus jeune âge.

- L’image stéréotypée de la femme douce et passive

- La conviction que pour se faire accepter il faut se conformer

- La peur du rejet

- La peur d’entreprendre quelque chose de nouveau

- Le besoin d’être en permanence approuvé



Exercice :

Répondez aux questions ci-dessous par Toujours, Parfois ou Jamais

- Pouviez-vous faire confiance à vos parents ?

- Vos parents avaient-ils l’habitude de vous encourager et de vous féliciter ?

- Pouviez-vous exprimer librement vos sentiments ?

- Aviez-vus l’impression d’être aimée pour vous-mêmes et non pour les choses que vous réussissiez ?

Vos parents vous ont-ils mitré qu’ils vous fassent confiance quant aux décisions que vous avez prises au fur et à mesure que vous grandissiez ?

Si vous avez répondu principalement Parfois et jamais, vous comprenez mieux pourquoi vous avez un comportement passif. Si ce sont les parents qui ont le plus d’influence en général, les frères et les sœurs, les enseignants jouent également un rôle essentiel. Inspirez-vous de ces diverses influences pour écrire une petite histoire des influences qui vous ont les plus marqué dans l’enfance. Ecrivez à la troisième personne pour mieux différencier l’ancien vous du nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:08

Les personnalités dominatrices

Dans cette histoire, est-ce que vous évoquez un homme ou une femme ayant une personnalité dominatrice ? Quelqu’un qui vous faisait peur ? Ou qui vous intimidait ? Quelqu’un que vous n’auriez jamais osé contrarier ou tenir tête ?

Une personnalité dominatrice est souvent stricte et impose à son entourage des règles rigides. Toute personne qui ose les transgresser est punie et fortement désapprouvée. Elle excelle dans l’art de culpabiliser son entourage afin que chacun fasse ce qu’elle désire. Si une personne comme ça existe dans votre entourage, vous sentez-vous inférieure à elle ?

Face à une situation difficile, les deux réponses les plus faciles sont le combat ou la fuite. Soit vous faites preuve d’agressivité et vous lui tenez tête, soit vous vous taisez et vous faites ses quatre volontés afin d’éviter tout conflit. Essayez-vous toujours de fuir les situations conflictuelles ?

Mais nous pouvons apprendre à dépasser ces deux réponses instinctives pour discuter et négocier. Autrement dit à faire preuve d’assurance. S’affirmer n’étant pas une attitude naturelle, il est impératif de passer par une phase d’apprentissage suivie d’une phase travaux pratique. Comme si on apprenait une langue étrangère. Mais avant d’entreprendre quoi que ce soit, vous devez impérativement prendre conscience qu’un comportement passif joue en votre défaveur.



Les personnalités surprotectrices

On les reconnaît à leur façon d’agir envers les autres, notamment envers leurs enfants qu’elles ont tendance à couver. Toujours sur le qui-vive ; elles vivent dans la peur que leur progéniture souffre physiquement ou moralement. Elles aimeraient agir à la place de leurs enfants et ont du mal à accepter que leur petit grandissent et volent de leur propres ailes. Il peut être très néfaste pour un enfant d’être surprotégé :

1/ L’enfant peut mettre en doute ses capacités

2/ Il devient de plus en plus angoissé dans les mesure où tout ce qu’il entreprend fait naître un sentiment d’inquiétude

3/ N’étant jamais exposé aux affres de la vie, il redoute les moindres aléas et évite d’entrer en conflit avec les adultes.



La peur

Un thème récurrent que l’on retrouve dans un comportement passif est la peur. La peur de ce que les autres pourraient penser, la peur de blesser, la peur de paraître stupide, la peur des conflits ou la peur du rejet. Elles sont le fuit d’un mauvais apprentissage et d’une mauvaise image de soi

Vous éliminerez ces peurs si vous admettez qu’elles sont infondées.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:10

La culpabilité

Ce sentiment est d’autant plus fort chez les personnes passives. La culpabilité est une punition que l’on s’inflige à soi-même quand on pense avoir fait quelque chose de mal. Pour comprendre les raisons qui vous poussent à culpabiliser, il est essentiel de comprendre les règles qui régissent votre vie. Par ex, beaucoup de mères s’imposent la règle suivante : « Je dois toujours faire passer mes besoins après ceux de ma famille ». Et à chaque fois qu’elles ont l’intention de faire quelque chose pour elles-mêmes, elles craignent de déroger à cette règle et culpabilise. Meilleur est l’estime de soi, plu sil est facile de revendiquer ses droits, de changer les règles et avoir de moins en moins le sentiment de faire quelque chose de mal et plus important encore de commencer à vivre en suivant les règles que l’on a mises en place et non plus les règles imposées par l’entourage.



Une culpabilité qui dure

Beaucoup de mes patients traînent avec eux une culpabilité depuis des années. Parfois c’est un événement précis qui un jour les a poussés à transgresser une règle et a fait aître ce sentiment dont ils n’arrivent pas à se débarrasser. Ex : s’être fait avorté, ne pas avoir été présent lors du décès d’un proche, avoir renversé un piéton, avoir eu une relation incestueuse. Si vous êtes dans ce cas, ne pensez-vous pas que vous avez été punie pendant suffisamment longtemps ? Mêmes les criminels sont libérés après avoir purgé leur peine. Pourquoi ne pas vous pardonner pour une erreur que vous auriez depuis longtemps pardonnée aux autres ?

Reconnaissez que toute expérience a du bon mais qu’il faut à un moment donné savoir se pardonner.
Je me pardonne pour avoir…




La colère

Les personnes passives ont du mal à exprimer leur colère. Elles tentent par tous les moyens de les réfréner. La colère est nécessaire parfois. C’est un moyen de faire savoir à autrui qu’il lève vos droits et dépasse les limites.
Mieux vaut laisser exploser sa colère quand elle est là sinon elle peut se teinter d’amertume et devenir de l’agressivité. L’amertume peut ronger de l’intérieur et générer un stress qui ébranle la santé physique et mentale.


Exercice : apprenez à exprimer votre colère

Si l’idée d’exprimer votre colère face à un tiers semble tenir de l’impossible entraînez-vous lors que vous êtes seule. Prenez un oreiller ou un coussin, donnez des coups de poing dedans, hurlez, libérez-vous. Evacuez cette tension qui vous fait mal. Puis inscrivez sur une feuille, le nom des personnes et notez les événements et les situations qui vous ont mise en colère dans le passé puis faites une seconde liste avec le nom des personnes, des événements et les situations qui expliquent ce que vous ressentez à ce moment précis.

Vous découvrirez peut-être que c’est contre vous que vous êtes en colère parce que votre comportement passif vous a poussée trop longtemps à vous taire.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:11

Comment être sur de soi ?

Nous devons :

- savoir ce que nous voulons

- savoir si ce que nous voulons est juste

- dire clairement ce que nous voulons

- ne pas avoir peur de prendre des risques

- exprimer librement nos sentiments

- accepter les compliments et savoir en faire

- accepter les critiques justifiées et savoir en faire

Mais nous ne devons pas :

- réprimer nos sentiments

- nous décarcasser sans cesse pour épargner les autres.



Avoir des droits

Une personne sûre d’elle réalise qu’elle a des droits qui lui sont propres en fonction de ses choix, de ses convictions, de sa culture et de ses croyances. Ex

- Le droit d’avoir ses propres opinions et ses propres sentiments et le droit de les exprimer

- le droit de dire ce que l’on veut en sachant que l’on risque d’essuyer un refus

- le droit d’accepter ou de refuser de s’impliquer dans le problème d’une tierce personne

- le droit d’être traité d’égal à égal

- le droit de dire non et de ne pas cautionner certaines choses sans culpabiliser

- le droit de commettre des erreurs

- le droit de dire que l’on n’a pas compris

- le droit de changer d’avis

- le droit de défendre ses droits et veiller à ce que les autres les respectent

Mais nous avons aussi des devoirs : celui de respecter le doit des autres.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:13

Changer de comportement et les autres changeront aussi de comportement

Tôt ou tard votre nouveau comportement aura une influence sur le comportement des personnes qui vous entourent et elles vous respecteront de plus en plus. Pour pendre de l’assurance, vous devez faire preuve de détermination et montrer que vous avez une bonne opinion de vous.

Les personnes passives veulent à tout prix éviter les conflits et gardent leur mécontentement au fond d’elles. Peu à peu la coupe se remplit et à un moment donné, elle déborde. Les personnes laissent éclater leur colère puis elles culpabilisent et se confondent en excuse. Elles se promettent d’essayer de mieux contenir leur émotion et la boucle est bouclée. Le fait d’emmagasiner colère, reproches et déceptions génère un mal intérieur qui les ronge à petit feu et parfois entraîne des troubles physiques. La nourriture est le seul moyen trouvé pour apaiser leur souffrance. Elles essaient de dissimuler leurs émotions inconsciemment derrière leurs kilos.



Faire face à la critique

Les personnes passives ont du mal à supporter les critiques qui ébranlent le peu d’estime qu’elles ont d’elles-mêmes. Plus vous avez d’assurance et vous vous estimez, et mieux vous savez réagir face à la critique.

- si la critique est injustifiée, elle ne vous touche pas et vous dites clairement et fermement ce que vous pensez

- si la critique est justifiée vous l’acceptez et vous appréciez que l’on vous donne l’occasion de vous améliorer. Une personne sûre d’elle reconnaît quand elle a tort.



Exercice : description d’une personne sûre d’elle

Passez en revue les situations ci-après et pour chacune d’elles, donnez une note comprise entre 0 (très mal à l’aise) et 10 (parfaitement à l’aise)

- Recevoir des compliments

- exprimer votre amitié ou votre amour pour un autre adulte

- demander quelque chose (un service, de l’aide)

- avoir un geste tendre à l’égard d’un autre adulte

- lancer une conversation quand vous ^tes avec des inconnus

- défendre vos droits (dans un magasin, face à un voisin)

- ne pas tenir compte des demandes des membres de votre famille, amis, collègues

- exprimer votre opinion y compris votre désaccord



Exercice : autoévaluation

Répondez aux questions suivantes :

1 si vous étiez en permanence sûre de vous, que feriez-vous pour avoir de meilleures habitudes alimentaires ?

2 Pourquoi ? Envisagez cinq solutions différentes.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:14

SATISFAIRE VOS BESOINS EMOTIONNELS

Nous essayons tous de satisfaire nos besoins émotionnels afin d’être heureux et de ne pas souffrir. Tout ce que nous entreprenons peut s’expliquer d’une manière ou d’une autre par ces deux pulsions.

Mais nous pouvons tout avoir et être malheureux parce que la vraie cause du malheur est le manque de joie au fond du cœur.

Les huit désirs fondamentaux

1/ Amour et soutien de ses parents

2/ Amour, soutien et bon temps partagés avec ses amis et sa famille

3/ Amour, soutien et sentiment d’appartenir à un groupe

4/ Amour et soutien de la personne qui partage notre vie intime

5/ S’aimer soi-même et se dorloter

6/ Aimer et soutenir la ou les personnes qui dépendent de nous

7/ Donner à son tour et venir en aide aux autres membres de la communauté

8/ Accéder à une vie spirituelle



Amour et soutien de ses parents :

Vous devez comprendre, si c’est le cas, pourquoi vos parents ne vous ont pas donné ce dont vous aviez besoin. Les comprendre et comprendre leur vie vous aidera à leur pardonner et à vous débarrasser de ce ressentiment ou de cette colère qui vous font mal. Il est essentiel que vous leur pardonniez. Le pardon et la compassion sont indispensables pour que vous les mettiez à la place qui leur revient et pour que vous vous sentiez enfin libre.

Amour, soutien et bon temps partagés avec ses amis et sa famille

Avez-vous suffisamment d’occasions pour vivre de telles expériences ? Avez-vous des amis avec lesquels vous pouvez parler librement ? Avez-vous des amis pour vous soutenir ?

Si la réponse est non, sachez que l’amitié se cultive et qu’il est important de prendre soin de ses amis. Idem pour la famille. Demandez-vous si vous ne devriez pas passer plus de temps avec vos frères et sœurs afin de devenir plus intimes. Se faire de nouveaux amis est parfois difficiles mais pourquoi ne pas vous inscrire dans un club où vous rencontrerez des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt que vous.

Si vous ne restez jamais au même endroit suffisamment longtemps pour vous faire de nouveaux amis demandez-vous si votre mode de vie vous convient vraiment.

Ce qui vous plaisait il y a quelques années peut avoir changé. Vous voulez peut-être vous poser et faire partie d’une communauté. Par contre, si vous aimez bouger essayer de garder le contact avec vos amis ne serait-ce qu’en leur envoyant un mail de temps en temps. Les vrais amis nous acceptent tels que nous sommes avec nos qualités et nos défauts ce qui nous aide à nous accepter nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:20

Amour, soutien et sentiment d’appartenir à un groupe

Les humains sont des animaux qui vivent en groupe ou en tribu. Appartenez-vous à une tribu à laquelle vous vous identifiez parfaitement ? Si oui, vous admettrez certainement que les membres de cette tribu partagent nombre de valeurs et suivent des rituels communs. Faire parti d’une tribu c’est être reconnu en tant que membre. De quelle tribu faites-vous partie ? Est-ce de cette tribu que vous puisez votre force ?

Il existe différents types de tribu ou groupe : le groupe des parents, des familles monoparentales, des associations caritatives, des catholiques, des protestants, des sportifs, des débrouillards…De quelle tribu aimeriez-vous faire partie ? Imaginez-vous en tant que membre de cette tribu. Construisez une relation basée sur des sentiments, sur des intérêts communs, et non sur un partenariat obligé. Ne pensez pas devoir intégrer la même tribu que votre mari.

Amour et soutien de la personne qui partage notre vie intime

Si vous sortez avec quelqu’un, est-ce que vos besoins sont entièrement satisfaits ? Si la réponse est non, prenez les choses en main. En générale, ce sont les femmes qui font évoluer les situations, les hommes ayant souvent du mal à aborder les sujets délicats. Je ne peux rien vous conseiller de mieux que de lire les hommes viennent de mars et les femmes de vénus de John Gray. Lisez le une première fois puis une seconde avec votre mari.

Si vous êtes seule, ne faites pas une fixation sous peine de devenir angoissée et stressée. Cherchez plutôt à satisfaire vos autres besoins. Rien ne sert d’aggraver la situation. Saisissez toutes les occasions pour sortir de chez vous et rencontrer de nouvelles têtes. Ne partez pas avec une idée préconçue dans la tête. Ce n’est pas comme si vous alliez faire vos courses ! Ne vous limitez pas à ce que vous connaissez sous peine de ne pas voir ce qui est là sous votre nez. Essayez plutôt de définir ce que vous attendez d’une relation amoureuse. Ne croyez pas dur comme fer qu’il n’y a qu’une bonne personne. Enfin n’espérez pas tomber sur l’homme parfait en tout point sois peine d’être déçue ou de devoir attendre encore longtemps.

S’aimer soi-même et se dorloter

Il faut se réserver des journées rien qu’à soi, les prévoir, les planifier mais aussi se réserver un moment au quotidien. Le seul fait de lire ce livre montre que vous vous aimez et que vous voulez prendre soin de vus et le plus important que le vous le faites pour vous.

Aimer et soutenir la ou les personnes qui dépendent de nous

Lorsque nous nous sentons responsables de quelqu’un, nous avons le sentiment de servir à quelque chose. Nous réalisons que nous sommes passés dans le monde des adultes. La confiance que l’autre met en nous fait ressortir ce qu’il y a de mieux au plus profond de notre être. Si vous n’avez pas d’enfant ou s’ils sont grands, comment combler ce besoin ? Peut-être avez-vous des petits enfants. Si vous vous sentez frustrée dans votre rôle de grand-mère, essayez de passer plus de temps avec eux. Si vous n’en avez pas, prenez un animal domestique ou occupez-vous de vis plantes.

Mis à part vos enfants, quel autre être vivant pouvez-vous dorloter ? Qui a besoin de vous ?

Donner à son tour et venir en aide aux autres membres de la communauté

Pourquoi ne pas consacrer quelques heures par semaine à la communauté ? Pourquoi ne pas vous lancer dans le bénévolat ? Vous investir dans la vie de votre ville ou de votre village ?

Accéder à une vie spirituelle

Les personnes qui apprécient le plus la vie sont souvent celles qui ont déjà été confrontés à la mort. En effet, il suffit d’être face à la mort pour comprendre à quel point la vie est précieuse et changer sa façon de vivre. C’est lorsqu’on est sur le point de se priver de quelque chose qu’on réalise à quel point on y tient. Cette prise de conscience pousse de nombreuses personnes à gérer leur vie différemment, à définir d’autres priorités et à se poser cette question fondamentales : Qu’est-ce qui vraiment de l’importance dans ma vie ?

Si vous ressentez le besoin d ‘aller au-delà du monde matériel qui vous entoure, priez ou méditez. Prenez contact avec des hommes et des femmes ayant les mêmes aspirations que vous et lorsque vous traversez une passez difficile demandez de l’aide à une « force supérieure »

Lorsque vous serez épanouie sur le plan spirituel, vous vous sentirez en paix avec vous-même Vous n’aurez plus peur de la mort. Vous ne serez plus dans le besoin mais vous déborderez d’amour et de compassion pour les autres.
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 14:23

Mode de vie et stress

Lorsque nus sommes stressés, nous pensons différemment et nos sentiments changent. Nous nous focalisons sur le court terme, les problèmes qu’il faut résoudre en priorité. Nous perdons patience et nous sommes moins indulgents envers nous et envers les autres. Nous avons du mal à être tendres et amoureux. Nous faisons supporter à nos proches, nos frustrations et peu à peu ils s’éloignent alors que nous avons tellement besoin d’eux. Est-il possible dans ce contexte de faire attention à ce que nous mangeons. Pensons-nous à satisfaire nos besoins émotionnels ? Non. Alors pourquoi ne pas profiter de cet instant précis pour faire le point sur votre vie et votre mode de vie ?

Imaginez la scène suivante : vous êtes allongée sur votre lit de mort et vous passez en revue la vie qui fut la vôtre. Qu’auriez-vous aimé faire ? Que regrettez-vous d’avoir fait ?

Mais pourquoi attendre qu’il soit trop tard. Peut-être devrez-vous laisser tomber quelque chose pour satisfaire vos besoins fondamentaux. Comprendre ce qui est vraiment important dans la vue est certainement le point essentiel de cet ouvrage. Osez-vous débarrasser des habitudes qui régissent votre vie. Donnez-vous la possibilité d’avoir la vie que vous désirez.



CHANGER SES HABITUDES ALIMENTAIRES

Si votre problème n’est lié à aucun facteur émotionnel, cette partie vous servira de guide.

Bien sûr il n’y a pas d’un côté les bons aliments et de l’autre les mauvais mais nous devons privilégier certains produits par rapport à d’autres

- une alimentation riche en féculents a un plus grand pouvoir de satiété qu’une alimentation riche en graisse.

- Les personnes ayant un surpoids ont tendance à consommer plus de graisses que les personnes minces

Les aliments riches en graisse ont un faible pouvoir de satiété alors que leur teneur en calories est élevée. Après un repas riche en graisses, votre corps peut être en manque de féculents qui sont dégradés par l’organisme et transformés en simples sucres, source d’énergie. Vous comprenez maintenant pourquoi après avoir mangé des aliments riches en graisses, vous avez envie de manger du sucré. A contrario si vous mangez beaucoup de féculents, vous avez faim moins rapidement.

Consommez avec modération des aliments sucrés. Les personnes qui mangent beaucoup de féculent se contentent en général se sucre en très faible quantité. Depuis des siècles, les féculents sont les aliments de base de nombreuses civilisations.

Contrairement à la croyance populaire, l’organisme n’a pas besoin de beaucoup de protéines. Une portion par jour peur suffire.

Notre alimentation doit être riche en fruits et légumes.

Faites-vous plaisir mais jamais d’excès
Revenir en haut Aller en bas
nathouille
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1189
Age : 36
Localisation : vendée
Emploi/loisirs : maman au foyer
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 6 Mar 2008 - 15:16

PLAN D’ACTION

Le plan que je vous propose s’étale sur dix semaines afin de vous permettre de franchir les différentes étapes les unes après les autres et d’intégrer progressivement chaque changement. Toutefois pour chacune des semaines, la méthode reste la même :

- prendre de l’assurance

- satisfaire ses besoins émotionnels

- mettre en place de bonnes habitudes alimentaires

Prendre de l’assurance

Choisissez dix situations pour lesquelles vous aimeriez faire preuve de plus d’assurance. Commencez par le problème le moins important et terminez par celui qui à vos yeux est le souci majeur.

1 recevoir des compliments : je suis gênée lorsqu’on me fait un compliment

2/ Exprimer un mécontentement justifié : je n’ose pas me plaindre lorsque la nourriture dans un restaurant est de mauvaise qualité

3/ S’excuser : je m’excuse même lorsque ce n’est pas de ma faute.

4/Mettre une menace à exécution

5/ expirmer mes opinions

6/ demander un complément d’information

7/ exprimer de l’amour, de l’amitié ou de l’affection

8/ défendre ses droits

9/ Ne pas savoir refuser

10/ Exprime rune colère justifiée

Faites la liste de vos priorités.

Vous avez identifié dix situations que vous aimeriez contrôler. Ce qui était un problème se transforme en objectif. Il est donc nécessaire de reformuler ce que vous venez d’écrire. Veillez à ce que vos objectifs soient positifs. Un objectif porte sur la solution et non sur le problème. La manière dont vous formulez vos objectifs est capitale car elle influence votre subconscient.

Ne vous contentez pas de lister vos objectifs, indiquez entre parenthèse les réflexions qui vous y ont amenés.
Revenir en haut Aller en bas
Lolita
New zouzou
New zouzou
avatar

Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Jeu 10 Juil 2008 - 23:32

J'ai tout lu. C'est dire si j'ai trouvé que c'était intéressant.

Merci infiniment d'avoir posté ce texte. J'ai le début d'une solution concrète en tête à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Maigrir avec l'aide d'aliments naturels sans régime   Sam 31 Mar 2012 - 9:34


Les personnes qui veulent perdre deux ou trois kilos, ils peuvent Opter pour certains aliments qui pourront leurs aider à maigrir. On vous a établi un choix des plus efficaces pour perdre du poids sans pour autant faire une cure.
http://perdre-du-poids-vite.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas
lizzie!
The best zouzou!
The best zouzou!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2244
Age : 48
Localisation : Haute-Garonne (31)
Emploi/loisirs : Assistante technique
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Sam 31 Mar 2012 - 14:27

Tout d'abord, c'est la règle sur le forum de se présenter, par simple courtoisie, et pour montrer qu'on est un membre du forum pratiquant la méthode Zermati. Ce n'est certainement pas l'endroit pour faire de la pub pour des méthodes de régime en contradiction avec la méthode. Je soupçonne que c'est votre cas, donc si c'est bien ça, merci de ne pas polluer le forum avec vos messages de pub inappropriés !
Revenir en haut Aller en bas
gniark
zouzou assidue
zouzou assidue
avatar

Féminin
Nombre de messages : 696
Age : 31
Localisation : 33
Date d'inscription : 06/11/2011

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Sam 31 Mar 2012 - 18:11

Chouette une méthode pour perdre 3kg avant l'été...




.......et les reprendre avant le début de ce même été
Revenir en haut Aller en bas
Meline
zouzouteuse
zouzouteuse


Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 50
Humeur : :-)
Date d'inscription : 06/01/2010

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Sam 31 Mar 2012 - 20:28

C'est tout le bouquin ou des passages que tu nous mets Nathouille? J'ai lu en diagonale ce soir mais ça a l'air WAOUHHH , j'y reviendrai demain.
Merci en tous cas
:smack:

PS : Lizzie , j'ai cru que tu parlais à Nathouille et je voyais pas pourquoi!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Maigrir avec l'aide d'aliments naturels sans régime   Mar 10 Avr 2012 - 17:20


Si Vous voulez perdre deux ou trois kilos, vous devriez Opter pour certains aliments qui pourront vous aider à maigrir(Du quinoa, Le son d'avoine, Les champignons)
! Ces aliments peuvent vraiment vous donner la possibilité de maigrir, cependant ce ne sont pas des produits magiques. Afin que ça donne des résultats, il faut bien sûr les associer à une alimentation équilibrée ou à une diète. http://rapidement-poids.com/
Agnès Montana

Revenir en haut Aller en bas
gniark
zouzou assidue
zouzou assidue
avatar

Féminin
Nombre de messages : 696
Age : 31
Localisation : 33
Date d'inscription : 06/11/2011

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Mar 10 Avr 2012 - 17:42

C'est pas un robot ?
Revenir en haut Aller en bas
Meline
zouzouteuse
zouzouteuse


Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 50
Humeur : :-)
Date d'inscription : 06/01/2010

MessageSujet: Re: "Comment perdre du poids sans régime"   Mar 10 Avr 2012 - 21:01

:pistolet: Ouais, les modos, semblerait qu'on puisse supprimer ce profil étant donné ce qu'il apporte au groupe, non ? :rage:
Revenir en haut Aller en bas
 
"Comment perdre du poids sans régime"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Comment perdre du poids sans régime"
» Réédition du livre "Maigrir sans régime"
» crudivorisme : comment ne pas perdre de poids ?
» Comment prendre du poids?
» Comment perdre son sang-froid...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zermati :: Votre 1ère catégorie :: Partage-
Sauter vers: